Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives d'un vampire cinéaste

Archives d'un vampire cinéaste

Découvrez ici des photos, textes et vidéos de l'auteur-réalisateur Kenji Isidor.


LE PAPILLON DE FUKUSHIMA (2020)

Publié par Kenji Isidor sur 28 Octobre 2020, 16:28pm

Catégories : #film, #court-métrage, #kenji isidor, #le papillon de fukushima, #cinéma

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce film. Il a été tourné dans le cadre de mon master réalisation et création à l'université Paris 8 et est une première variation sur ce que j'ai vécu pendant ma période de deuil. Je peux vous partager un post que j'avais publié sur Facebook le 24 Mars 2020 :

Il y a trois ans j'étais perdu dans un labyrinthe de souffrance.

Je ne savais pas ce qui se passait, je ne savais plus qui j'étais.

La réalité ne devenait qu'une vaste blague dont j'étais la chute.

En 2016, le château de cartes s'est écroulé.

En 2016, il s'est volatilisé et le vide m'a torturé.

En 2016, j'ai basculé dans un autre monde.

Ailleurs, j'errais dans cette réalité alternative à la recherche d'une présence, d'un espoir...

Mais tout ce que je trouvais, c'était la souffrance...

Tout ce que je trouvais, c'était un mur...

Les visages des humains étaient devenu si étranges.

Et le mien n'était qu'un masque de souffrance qui avait fusionné avec ma chair.

Dans la glace je ne voyais qu'une larve passant son temps à pleurer et hurler.

C'était difficile.

Mon cœur était brisé en mille morceaux.

Et beaucoup de vivants m'ont tendu leur main pour contribuer à ma réparation.

Je voulais redevenir l'un d'entre eux.

Je voulais de nouveau respirer, rire, être heureux, me sentir beau.

Mais je n'étais qu'une ombre.

Une masse d'atomes pleine de regrets.

J'aurais voulu avoir l'envie de lui dire "Je t'aime" avant qu'il disparaisse.

J'aurais voulu attendre d'être réparé avant de nouer des liens avec quelqu'un d'autre.

J'aurais voulu arrêté de pleurer sur mon sort et être plus conscient de la tristesse d'autrui.

Les démons rient de moi.

Pour eux je ne vaux rien.

Et je marche sur ce chemin, je marche, je tombe, je me relève en les entendant ricaner.

Parfois, on me demande pourquoi je fais des films...

Peut-être car il s'agit là du seul langage qui parvienne à retranscrire mes pensées...

Peut-être car il s'agit là d'un moyen d'atténuer les voix des démons.

Peut-être car ces mondes imaginaires, ce sont ceux où mon esprit vit à moitié.

L'anxiété fait battre si fort mon cœur que j'ai parfois l'impression qu'il va exploser.

Mes pensées sont un ouragan que je ne parviens pas à stopper une fois démarré.

Une petite étincelle et paf, c'est l'incendie.

Et je dois calmer ces intempéries qui vivent en moi.

Je dois apprendre à accepter le chaos de l'existence.

Je ne veux plus avoir peur de l'avenir, peur des gens, peur de la mort ...

Je veux vivre le présent, avoir foi dans l'humanité et aimer la vie !

Je ne veux plus laisser mes échecs et erreurs déterminer qui je suis.

Je veux apprendre du passé pour améliorer qui je suis maintenant ...

Je veux être une meilleure personne pour celles auxquelles je tiens et pour moi-même ...

Mais accepter le chaos de l'existence, c'est aussi accepter que cette spirale puisse à nouveau m'engloutir et détruire mes repères...

Je ne suis pas un héros qui peut triompher définitivement de ses tourments...

Mais ce n'est pas grave...

La vie est une série d'épreuves qu'on affronte au jour le jour.

On tombe, on se relève...

Et il ne faut pas abandonner.

On tombe, on se relève...

Mes cicatrices sont invisibles.

Mes cicatrices sont invincibles.

Petit à petit, je m'améliore.

Les beaux humains m'accompagnent.

Les fantômes et démons aussi...

Ils guident mon esprit vers la création de ces films.

Le dernier s'appelle "Le Papillon de Fukushima"

Une première adaptation des notes effectuées lors de ce voyage cruel et mélancolique que j'ai vécu.

Il n'est pas parfait, et peut-être, écrirais-je une autre variation sur ce même sujet. Plus mature.

Mais en attendant, je vous laisse découvrir ce monde radioactif et romantique.

Puisse-il vous donner du courage pour affronter vos démons.

Kenji Isidor

 

Et voici un autre petit post lorsque le film fut publié :

Le Papillon de Fukushima vient de sortir...

Un film qui résonne avec la situation actuelle...

Un film sur des corps fragiles dans un monde contaminé...

Un film sur l'amour fort qui persiste dans la mort...

Un film sur une guerre contre la souffrance...

Un film avec des androgynes dans un monde violent...

Un film en huis clos où la musique résonne...

La mort nous entoure, la danse continue...

Encore et toujours.

Le Papillon de Fukushima reflète mon anxiété, mes regrets, mes espoirs...

Le Papillon de Fukushima vient de sortir...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents